DCB est un oxymoron

Publié le par le chat qui pêche

Les medias ont fait condamner à la quasi-unanimité, avec une partialité contre Bayrou et un tapage outranciers, les dérapages verbaux lors du débat du 4 juin chez Chabot.

Les déformations les plus fantaisistes de la réalité de l'altercation ont fait tourner les rotatives, jusqu'à l'écoeurement. Le but est atteint, Bayrou est "mort" une fois de plus au grand soulagement du Monarque,  dont la légitimité de plus en plus ébranlée venait de voir découvert son talon d'Achille dans "abus de pouvoir"
( On oublie facilement que Bayrou a de grandes capacités à ressusciter et qu'il l'a déjà prouvé maintes fois ! ;-)

"Abus de pouvoir", c'était vraiment la goutte qui faisait déborder le vase en montrant toute la perversité du système sarkozyste. Il fallait donc que Bayrou soit battu, à travers son parti, et c'est là, vers la mi mai, que les accusations d'antisarkozysme primaire ont commencé à être lancées par salves par les  "porte-parole" de l'Elysée.

En se faisant  lui aussi le porte parole de ces accusations, Cohn Bendit faisait déjà largement le jeu de Sarkozy, mais en répétant  à l'envi que FB ne pensait qu'à la présidentielle, il était devenu, sans le vouloir, le meilleur collaborateur de l'UMP. 

Bayrou excédé, déjà affaibli dans les sondages, Cohn Bendit  le vent en poupe à la grâce du monarque, voilà comment le débat a commencé.  Bayrou a attaqué à propos des liens de "sympathie" qui unissaient DCB et Sarkozy. DCB a répliqué par des insultes, FB a contre-attaqué sous un autre  angle qui, si l'on y réfléchit bien, était  comparable au premier : 

Car au départ, Bayrou voulait vraisemblablement soulever le paradoxe de l'étrange "amitié" de Sarko, l'éternel patron des policiers, envers DCB, l'éternel trublion :

Souvenons-nous : en 68, DCB, dit Dany le rouge, "encourageait" par son attitude et ses paroles à taper sur les pandorres à grands coups de pavés. 
Or voilà que le même Dany était devenu "l'ami" de l'homme au kärcher, Ministre de l'Intérieur de sinistre mémoire, qui brandit le sécuritaire à chaque nouvelle élection.

Certes, ça ne fera pleurer personne dans les chaumières, que les flics se faisaient caillasser en 68 : après tout, ils avaient de l'arsenal pour se défendre, même si c'était un peu moins sophistiqué que maintenant, en tous cas, ils n'y allaient pas de main morte.
Mais enfin pour le citoyen européen exemplaire que voudrait représenter DCB en tête de liste verte, ça "la fout assez mal".
A la lueur de ce passé, on pourrait dire que

Le tandem Sarko +DCB, c'est un peu comme les personnages d' un western :
" La brute et le violent", "le dingo et le truand" : bref, un tandem de scélérats qui s'entretuera inévablement in fine devant le trésor de la Sierra Madre.

Maintenant examinons la question soulevée par FB lors de cette lamentable soirée Chabot ( lamentable soirée Chabot est un pléonasme )

Cohn Bendit traite Bayrou d'ignoble et de minable dès lors que Bayrou essaie de rappeler le paradoxe qu'il y a de voir devenus "amis" un ex-fauteur de troubles de rue et un parangon de l'ordre policier.
FB renvoie donc au minable et à l'ignoble DCB, en le confrontant à un autre de ses paradoxes : 
dans les années 70, Dany CB  en relatant ses "expériences" en  jardin d'enfants "libérés",  encourageait par ses propos et son attitude à la pédophilie

Nous retrouvons notre tandem de cow boys douteux : DCB, le "bobo" libéré qui encouragea les abuseurs de faibles petits enfants,  devenu l"ami" de Sarkozy,  l'âpre défenseur des "victimes". 


La suite de cette émission, tout le monde la connaît :

On a tapé sur Bayrou avec tout ce qui tombait sous la main : journaleux, politiques, jeunes  et vieilles badernes aboyèrent à qui mieux mieux . Le score du MoDem aux européennes y a perdu 2 à 3 points de crédit.

 Les experts en analyses de pacotille, non contents de le dire "mort", parent maintenant notre homme du Béarn de divers noms d'oiseaux, certains vont jusqu'à l'accuser d'être un curé onaniste refoulé ..et même d'être un antisémite tendance LePen  (Alain Minc, sic !)


Jusqu'où irons nous dans la mauvaise foi et la chronique de caniveau ?
Et puisqu'on lui en veut tant d'avoir rappelé les incohérences politiques et morales de DCB, pourquoi ne l'accuse-t-on pas, pendant qu'on y est, d'être un grand inquisiteur, genre Torquemada ?


Car supposons, si  FB avait pu aller jusqu'au bout de sa thèse première  : A savoir l'oxymoron Dany-le-casseur-ami-de-l'homme-au-kärcher ?
 
S'il avait pu continuer sur ce thème *on l'a empêché de parler ! pour rappeler non pas le passé d'incitation à des actes pédophiles, de DCB, mais son passé d'incitation à caillasser les représentants de la loi, de pousse à la violence et au désordre de rue, 
on l'aurait accusé de quoi, lou Bayrou ?

D'être un "vieux", légitimiste, défenseur de l'Etat policier et de l'ordre bourgeois : 
En somme, d'être comme De Gaulle ...!
                                                                        
* La tactique de du jugement insultant aboyé pour déstabiliser le discours adverse, quand on est à court d'arguments, est bien connue : demandez à Lefèbvre !

EN CONCLUSION ( pour rire un peu )

DCB, le caillasseur de pandorres, est devenu la coqueluche de Sarko superpatron des flics, et ça n'étonne personne ! 

Par contre DCB lui, trouve "minable" d'être l'ami de Sarkozy :

Et Sarkozy ne lui fait pas de procès...?
Parce que si c'est pas une insulte à Sarkozy, ça, je veux bien me faire curé lepéniste !


Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article