Des cafards et des hommes

Publié le par le chat qui pêche

oggy et les cafards

                                             La tectonique des blattes 

 

 

Dans les années 70-80, avant la désinsectisation systématique des gaines d’aération et la condamnation des vide-ordures dans les immeubles, il est arrivé à certains d’entre nous, même correctement logés, de trouver, au retour de vacances, des dizaines de cafards en train de batifoler au beau milieu de leur cuisine.

Mais à peine entrevues, les bestioles disparaissaient.
Car sitôt mises en lumière, les blattes amorcent un rapide mouvement de recul, pour se réfugier dans l'obscurité des plinthes et sous les appareils électro ménagers.

Comme elles reculent ensemble et en même temps, on peut avoir l'illusion qu'elles ont disparu comme par enchantement. Il n'en est rien : sitôt que vous éteignez la lumière, la blatte revient exactement comme auparavant.

Ces mouvements d’insectes, faisceaux évanescents de petites choses malignes qui s'avancent dans le noir et se retirent lorsqu’est mise en lumière l’évidence de leur grouillement malfaisant, puis reviennent en force obscure, me font penser furieusement à... la tectonique des basses œuvres et manœuvres du gouvernement !

Ainsi des « petites phrases » assassines, méprisantes, lâchées comme par inadvertance, honteusement médiatisées, suivies d’excuses du bout des lèvres et réïtérées deux jours après.

Ainsi de la fausse information, l'"intox", véhiculée par les journalistes valets, voire par le Président en personne*, que « le démenti » consenti ou non et toujours à regret, n’effacera jamais tout à fait.

Ainsi de ces diseurs de mal patentés, ces " porte-paroles"  de l’ump qui, dès lors que le scandale de leur propos éclate, s'en retournent ourdir sous les plinthes d'autres méchants bruits de couloir.

Ainsi de ces lois iniques, pondues de circonstance et indûment sorties tels lapins d'un chapeau sans tenir aucun compte de ce qui a été élaboré en commission et que, devant le tollé d'indignation, l’assemblée majoritaire reprend, corrige, voire réécrit jusqu’à les vider de leur substance, tout en se vantant de n’avoir rien changé et d’avoir tenu bon.

Ainsi de ces soi-disantes réformes, gonflées à l'hélium de la "modernisation" !

Ainsi de la prétendue « modernisation », cette boursouflure, cultivée dans la pénombre des cabinets ministériels pour mieux dissimuler les drastiques suppressions de postes de fonctionnaires, prélude obligé à la casse du service public, suppressions de postes qu’on repousse à une date ultérieure, qu’on recule d’un an pour mieux sauter sur le ventre de l’usager, à pieds joints, l’année d’après et de préférence, à l’ombre, pendant les canicules de juillet.

Ainsi de ces Ministres, façon commando, qui avancent les pions de« leurs » lois scélérates, puis les reprennent à demi et leur font au final gagner la partie dans l’obscurité complice de la Chambre d'Enregistrement Nationale. Ainsi de ce Ministre de l’intérieur devenu Leader Maximo d’une république bananière, qui ne peut se déplacer au grand jour qu’à l'ombre portée de ses légions de policiers.

Ainsi de ce spécimen étonnant d’omniprésident, présenté sous vitrine d’une télévision d'Etat privée, qu'il a formatée à son image et qui figure aujourd’hui le muséum d'histoire naturelle idéal, dédié à sa conservation, 2012 ayant même disparu de la date de péremption !

                                                                     §
*  quelques exemples de fausses assertions présidentielles : « le trottoir de gauche des Champs Elysées n'a pas de magasins ouverts le dimanche », « il existe dans la constitution allemande un bouclier fiscal », « l'homme africain n'est jamais entré dans l'histoire ». Etc ..

                                                                      §



* édité par Le chat, avec un autre pseu, dans « chronique d’ abonnés » du Monde.fr

sous le titre « la tectonique des blattes »

Publié dans politique

Commenter cet article